www.claudereichman.com


Accueil | Articles | Livres | Agenda | Le fait du jour | Programme

A la une

15/5/07

Richard  Hanlet

Vive la médecine sans médecins !

Comparution et condamnation immédiates pour les agresseurs de deux enseignantes, et réception compatissante des victimes par le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur. Mais pour les sept "jeunes" qui ont tabassé un chirurgien de la clinique de Périgueux, il n'y aura même pas de procès : "leurs droits ne leur ont pas été notifiés alors qu'ils ont été arrêtés et emmenés au commissariat"… (le choc psychologique aurait sans doute été trop dur !). C'est à ces petites choses-là qu'on voit que chez nous, le travailleur par excellence, celui qui a droit un minimum de considération, c'est le salarié ; et au sein du monde salarié, c'est l'agent de la fonction publique. Les autres sont suspects, à commencer par les travailleurs indépendants.

Voyez le Conseil National de la Chirurgie : alors que plus de la moitié des opérations sont réalisées dans des cliniques privées, l'arrêté fixant la composition de cet organisme prévoyait généreusement trois libéraux sur…quarante ! La recette de ce pâté se voyant un peu trop, et devant les couinements des syndicats de libéraux, on a quand même rajouté in extremis une ou deux alouettes dans le cheval, histoire que cela ne se voie pas trop.

Pour la mise en place du Schéma Régional d'Organisation Sanitaire n° 3 de cancérologie en Ile-de-France (SROS3), "on" a réussi a faire encore mieux : oublier de convoquer les libéraux aux trois premières réunions… Voilà qui a au moins le mérite de la franchise : on sent tout de suite que leurs avis seront écoutés avec attention. Quelle idée aussi de vouloir voix au chapitre quand on gagne trop bien sa vie : selon une fuite organisée par le Haut Conseil pour l'avenir de l'assurance-machin vers un quotidien dit "libéré" (d'on ne sait quoi mais visiblement pas de l'idéologie de la lutte des classes), les spécialistes auraient ainsi réussi à faire progresser leurs revenus - pendant le blocage de
leurs lettres-clé (treize ans environ) -, trois fois plus que celui des salariés ! La performance tient de la magie, mais rien n'arrête la journaliste qui dénonce ensuite les tarifs des grands patrons parisiens (quelle idée aussi de rester en France…). Horreur, "le président de la collégiale (sic!) des gynécologues" demande 1.000 euros pour une hystérectomie… ce qui est probablement la moitié du tarif du plus obscur chirurgien de l'Arkansas. Les plasticiens en prennent aussi pour leur grade, mais la palme revient quand même à l'urologue, qui explique benoîtement que les enveloppes en liquide, "c'est fini, sauf pour les patients arabes ou russes"… Aïe! Aïe! Que fait la Halde ? Enfin l'essentiel, c'est que ces patrons ne refusassent point d'opérer les CMU aux tarifs conventionnels, et là apparemment la journaliste - pourtant investigatrice acérée - ne relève aucun problème. A propos de CMU, on se souvient qu'une des mesures phare du rapport Chadelat était la mise en place d'un suivi attentif des éventuels refus de prise en charge dans chaque département. Pour le moment, c'est toujours le grand désert. En revanche ce qui s'accumule dans le courrier de l'Ordre, ce sont les signalements des abus manifestes de certains bénéficiaires de la CMU… Quand on veut trop prouver!

Tout cela n'est certes pas de nature à susciter les vocations nouvelles, et ça tombe bien puisqu'on a enfin trouvé le moyen de se passer des médecins. Bon sang mais c'est bien sûr, comment n'y a-t-on pas pensé plus tôt, l'automédication, la voilà la solution! Il se sont quand même mis à deux pour trouver ça : un de l'AFSSAPS (à vos souhaits), l'autre en réserve de la Haute Autorité de Santé (qu'est-ce qu'on en a des hautes autorités !) Selon ces "hauts" penseurs, le problème en France, c'est que "pour un médicament qu'il pourrait acheter sans ordonnance, un patient ira plutôt chez son médecin se le faire prescrire afin d'être remboursé". Quels salauds, ces malades! Pour le coup suivant, les Bouvard et Pécuchet communiqueront sans doute sur l'autochirurgie: "Vous êtes encore souple ? Opérez vos hémorroïdes vous-même avec Hémo-do-it-yourself, disponible au rayon bricolage du BHV"… Pas de problèmes de parcours de soins, et au passage, une belle économie pour la Sécu.

Laquelle est plus à l'aise qu'on ne pense, puisqu'elle a trouvé les moyens d'ouvrir dans un somptueux château du bordelais le musée… de la protection sociale (photo sur le site http://www.musee-assurance-maladie.com), que bien entendu le monde entier ne va pas tarder à nous envier. On y trouve entre autre "une stèle funéraire d'esclave romain" (allusion à l'assujetti - ou au médecin - français?) et "la plus ancienne convention de tiers payant pharmaceutique", comme quoi on pouvait y arriver sans carte Vitale…

Vous vous souvenez du temps d'avant l'euro, quand le ministre des Finances se pointait à la télé pour dire qu'il n'était absolument pas question de dévaluation ? On pouvait alors être sûr qu'elle était pour les prochains jours. Eh bien pour la foire d'empoigne du DMP (dossier médical personnel), où chaque instance n'a de cesse de barrer les autres, c'est probablement pareil : l'insistance de Xavier Bertrand à assurer que malgré un retard dû seulement au souci de bien faire, c'est bien sur les rails, vous ne trouvez pas que ça sonne plutôt comme un faire-part de funérailles ? On les espère seulement à la hauteur des quatre cents millions d'euros déjà engloutis dans le projet, à moins qu'on ne suive l'avis de la CNIL: abandonner le "numéro de sécu" (coût supplémentaire cinq cent millions …).

Ce sont maintenant les jeunes généralistes français qui, dès la sortie de la fac, rejoignent leurs compatriotes entreprenants en Angleterre. Le NHS (National Health Service) est un enfer pour les patients, mais il est beaucoup plus agréable que notre système pour les médecins. Mais que les malades ne s'inquiètent pas : les médecins roumains arrivent ! Curieuse gare de triage que la France d'aujourd'hui : les pauvres arrivent du sud, les riches s'en vont au nord, les médecins arrivent de l'est, et les ambitieux partent à l'ouest ! Mais une bonne nouvelle quand même : comme il y a cinq ans, la campagne électorale a généré une sérieuse économie sur les ventes de somnifères…

Dr Richard Hanlet

 

Accueil | Articles | Livres | Agenda | Le fait du jour | Programme